• Le PPL, késako?

    Dans mon précédent billet, je déblatais sur mon envie de piloter des avions, que j'étais hyper motivé pour passer mon PPL, etc...mais je me rend compte finalement que si une personne est tombée par hasard sur mon site (encore faudrait-il vraiment le faire exprès car écrire pilotinthesky.over-blog.com par erreure dans la barre d'adresse ne risque pas d'arriver souvent), elle doit bien se demander de quoi il cause l'autre:

    "Moi je pensais que pour pouvoir piloter un avion, fallait y pas que le gars il ait un brevet spécial, être fort en math et tout et tout!!"

    C'est tout faux!...enfin pas vraiment.

    En fait, ce fameux brevet de pilote, ce n'est rien de moins que le PPL. Bien, ça nous fait une belle jambe me direz-vous, et après? Ca nous renseigne pas vraiment sur ce que c'est précisemment!

    Pour vous apporter ces précisions que vous attendez tant (j'aime faire durer les choses), je pourrai me contenter bêtement de vous renvoyer vers la page wikipédia du PPL.

    Ca serait plus simple pour moi, plus rapide peut-être pour vous, mais ce blog perdrait tout son intérêt. Et si en plus, au bout du deuxième article, ce site ne remplit pas son rôle, je ne vais pas l'emmener bien loin ce blog....isnt it?

    Bien, alors qu'est-ce donc ce PPL?

    Sous cet acronyme quelque peu barbare et en anglais (rien pour plaire), se cache le terme Private Pilot Licence. En français, cela donne Brevet de Pilote Privé. 

    Ce document que le pilote reçoit après succès à des examens théoriques et pratiques est le précieux sésame pour pouvoir voler seul et emmener des passagers à bord en tant que commandant de bord de l'aéronef.

    Vous y voyez déjà plus clair? Oui, alors continuons.....(celui qui s'emmerde en lisant ces lignes peut clairement passer son chemin et repartir jouer à Counter Strike ou à WoW; l'aviation n'est vraiment pas fait pour lui).

    L' examen théorique se compose de 120 questions, réparties en cinq thèmes :

    1. réglementation (24 questions)
    2. mécanique du vol (24 questions)
    3. préparation du vol (44 questions)
    4. facteurs humains (12 questions)
    5. communications (16 questions)

    Il faut un minimum de 75% de bonnes réponses pour chaque thème.

    Je ne me suis pas encore présenté à cet examen (si vous avez bien suivi depuis le début, je n'ai même pas encore commencé ma formation tout court) mais je peux dire sans trop de risques qu'il n'est pas nécessaire de sortir des grandes écoles et de savoir calculer une intégrale triple ou décomposer une fonction en série de Fourier pour réussir ces épreuves.

    La réussite à cet examen est une condition sine qua none pour pouvoir se présenter ensuite à l'examen pratique (mais l'apprentissage de la théorie et de la pratique se fait généralement en simultanée durant la formation).

    Pour se présenter au test pratique, il faut avoir effectué au minimum 45 heures de vol dont 25 heures en instruction (plus communément appelé heure en double commande, l'instructeur se trouvant à notre droite durant le vol) et 10 en solo supervisé (dont cinq hors du circuit de l'aérodrome et un vol de plus de 150 NM* avec deux étapes intermédiaires différentes).

    "C'est ty bien beau de vouloir voler au dessus des vaches, mais combien ça va m'en t-il coûter de faire ces pitreries?"

    Autant le dire tout de suite, cette activité nécessite d'avoir une rentrée d'argent non négligeable pour bien se faire plaisir et pouvoir piloter régulièrement (encore qu'on peut prendre du plaisir en ne volant qu'une seule fois par an, mais l'obtention du brevet risque d'être long....).

    Le cout de la formation dépend bien sur de chacun et de son rythme, mais on peut raisonnablement compter entre 6000 et 8000 euros (somme répartie sur les 12 à 24 mois que dure la formation bien sur). Pour avoir les idées claires, on peut compter 100€ de l'heure de vol et rajouter à cela 30 à 50€ pour un vol en double commande.

    "Et de ce PPtruc, j'en fais quoi une fois que je l'ai?"

    Et bien, comme je le disais un peu plus haut, avec ce document, vous pouvez désormais voler sans rémunération (mais partage des frais avec les passagers possible contrairement au CPL, mais ça c'est une autre histoire) au-dessus du territoire français et européen. En pratique, il est demandé aux pilotes depuis 2008 de justifier de leur niveau d’expression et de compréhension suffisants de la langue utilisée dans les communications radiotéléphoniques pour pénétrer un espace aérien étranger (en général l'anglais).

    Mais il faut se rendre à l'évidence, ce PPL n'est pas un aboutisement, bien au contraire! Ce n'est que le début. Il s'offre alors au jeune pilote fraichement brêveté, une multitude de qualifications, toutes plus intéressantes les une que les autres (pour peu qu'on ait l'argent).

    En vrac, quelques une de ces qualif possibles:

    • Avion à train rentrant (RG Retracting Gear)
    • Avion à hélice à pas variable (VP)
    • Voltige
    • MEP (Multi Engine Piston c'est à dire avions multimoteurs à piston)
    • IR (Instrument Rating c'est-à-dire le vol aux instruments)
    • Vol de nuit

    Voilà, j'en ai finis de mon petit cours sur le PPL. J'espère, à travers cet article, vous avoir éclairer votre lanterne sur la chose. N'hésitez pas à poster en commentaire vos questions si vous en avez, j'essaierai d'y répondre du mieux possible.

    Pour plus de renseignement, je vous invite à vous rendre sur le site de la FFA (Fédération Française Aéronautique). Nous pouvons également nous rejoindre sur le forum aéronet, véritable mine d'information pour tous les futurs pilotes et pratiquants plus aguerris.

    A bientôt sur mon blog!

    PEP

    PS 1: Toutes les informations mentionnées sont issues de Wikipédia et glannées içi ou là sur le net (Google reste encore ton ami).  S'il s'avère que certaines d'entre elles sont fausses, merci de m'en faire part pour que je puisse apporter les corrections nécessaires.

    PS 2: Les coûts de la formation que j'ai avancés sont ceux habituellement observés en aéroclubs. Ce sont des associations de loi 1901. En parallèle de ces écoles bénévoles, existent des ecoles privées (FTO) dont le coût est sans commune mesure avec les chiffres avancées dans cet article. Pour ou contre passer le PPL dans un aéroclub ou une FTO, cela est un autre débat....

    *: Le mille marin international est une unité de mesure de distance utilisée en naviguation  aérienne et vaut  environ 1 852 mètres.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :